[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

Sous-marins volants :
Les précurseurs : les romans  1850-1940

« Les Mangeurs de Feu » de Louis Jacolliot inaugura le concept  en 1885 avec deux appareils du nom de « Swann » (swann= cygne en anglais ...bien qu'ayant plutôt l'air de ptérodactyle joufflu) et de « Remember » (souvenez vous!).

Impressionnante vue du Swann en vol. Il est incertain si la propulsion aérienne est assurée par une hélice ou par des ailes battantes.

Ici le petit « Swann » de 15 mètres dans l'élément sinon marin du moins lacustre.

Dans le « Journal des Voyages »  l'illustrateur Bouquart , sur un scénario de P. Maël nous proposa en 1902 ce sous-marin « le Vengeur » à mis chemin entre Jérôme Bosch et les Shaddocks...

En 1904 dans « Maitre du Monde » , Jules Verne décrivit « l'Epouvante » combiné de voiture, de sous-marin et « d'aviateur » (pour reprendre le terme de l'époque) . Magistralement illustré par Roux cet engin est LE modèle de l'appareil triphibie.
A noter aussi que en utilisant pour la propulsion de son engin des « turbines Pearson's » Verne prédit l'avènement du turbo-réacteur , même si les capacités de décollage sinon vertical du moins très court de l'engin semblent lui venir d'ailes battantes!

Dans le comics américain de 1961 « Classics Illustrated » , l'Epouvante de Robur (devenu « the Terrible » en version anglaise) prend des allures quasi batmanesques.

La version « comicsisée » par Marvel en 1977 paraît plus fidèle bien que Verne ait explicitement décrit son engin comme étant vert.

A peu près à la même époque PIF-Gadget se lance aussi dans l'adaptation en BD des classiques de Jules Verne ce qui nous vaut une très sage Epouvante...grise.

A une date inconnue mais antérieure à la 1e Guerre Mondiale P. Westerman proposa sans ambages ce « Flying Submarine » 

Là on reste dans le très sage aussi ...point d'ailes de chauve-souris et de propulseurs baroques , juste un espèce de Zeppelin...

Seul l'empennage paraît doté de soufflantes anticipant de plusieurs dizaines d'années les machines Ryan VZ-5

Les années 20 virent arriver la tendance U-boot à chenilles et ailé comme cette « chose » sortant de l'eau sur la couverture de « l'Ile Ressuscitée » de A. Rodiet

« La Grotte Mystérieuse » , illustrée par A. Robida présente un design d'une autre tenue et qui par rapport aux concepts de l'époque apparaît presque capable de voler . Noter le fuselage en « gris artillerie » très militaire.

L'appareil s'appelle un « Gehydroptère » et semble armé d'un canon de 37mm à l'avant. Le rotor de décollage vertical est manifestement sous-dimensionné . Remarquez quand même que c'est l'un des rares engins de ce type construit en plusieurs exemplaires.

« L'avion sous-marin » du Docteur Rodiet semble être une reprise de « L'Ile ressuscitée » par un auteur qui a été diplômé entre temps.  Notez le style moyenâgeux à tourelles et mâchicoulis qui firent les beaux jours de l'Armée de l'Air de l'époque. 

L'intérieur vaut la couverture avec un sabot volant sans la moindre qualité ni esthétique ni plausibilité technique.

Ce « Mystère du Pacifique » de P. d'Aquila propose sur sa couverture un original sous-marin volant au nom bien connu le « Titanik »

Après la 2e guerre mondiale, les publications amateurs prétendant révéler des secrets à l'odeur sulfureuse suggèreront le croisement du mythe des soucoupes volantes nazies et des avions sous-marins

Finalement la dernière version du sous-marin volant littéraire semble être cet engin inspiré de vues d'artistes des années soixante (cliquer ici : les projets américains) pour Opération avion sous-marin , roman d'anticipation du célèbre journaliste de marine Jean Jacques Antier

Retour à la première page